Une aiguille si…isolée

C’est l’histoire d’une aiguille qui se croyait si fine qu’elle NE VOULAIT PAS QU’ON LUI MONTE SUR LE DOS.

 

En fait elle ne voulait pas se mettre le poids des autres à dos, car si il ya une chose qu’elle redoutait parmi toutes, c’était bien le poids des autres. Notre aiguille si fine vivait de jour comme de nuit avec de sérieux complexes; elle vivait avec la hantise d’avoir constamment à se protéger pour ne pas finir perdue, brisée, ou rouillée.  Elle se croyait donc vulnérable, cette aiguille, et incomprise par dessus tout ; jusqu’au jour ou elle rencontra malgré elle un fil à coudre sur le chemin du destin. Personne n’aurait pu les présenter ces deux là, n’eut été le destin, vous savez. Après tout, quelle ressemblance il y aurait il entre une aiguille complexée et déprimée ; et un fil si faible et « dominé » ? Il n’ya que cette histoire qui peut le constater et je m’en vais donc continuer de vous la raconter.

 

Ce jour là  arriva ou notre aiguille si fine rencontra pour la première fois, plus faible qu’elle, au détour d’un chemin.  « C’était bien la dernière chose dont j’ai besoin », pensa t-elle.  Elle qui, selon elle, avait plutôt besoin d’être affermie et renforcée, rendue capable d’affronter toutes sortes de dangers. Mais là n’était plus la question et il fallait à tout pris questionner ce bout de fil avec précision.  Alors elle s’avança vers ce fil et s’exclama : « comment se fait il qu’un être si fébrile, si fragile, aurait décider d’affronter la vie tout seul ? »

 

Croyez bien que notre fil n’avait d’autre recours que de se confier tout entier à cette aiguille; lui qui avait déjà tout essayé et venait d’être si résolument confronté. Il s’en alla donc raconter à cette aiguille  déterminée tous les déboires que sa fébrilité lui avait déjà causé ; comment il n’a pas été capable à ce jour de se dresser en face du danger, combien il aurait voulu finir uni dans une pièce tissée avec le reste de ses frères… mais qui aurait pu l’y aider ?

 

Vous savez, il n’est pas rare de se croire faible jusqu’au jour ou plus faible que nous vient à nous confronter. « Me demander de l’aide, à moi ? » s’étonna notre aiguille. Alors là, tous ses complexes à propos de sa taille si fine et si discrète volèrent en éclats. A en juger l’histoire de ce fil si tiraillée, elle aurait eu bien du mal à se justifier. Ce serait mépriser le sort de ce fil si fragile qui se trouvai dans un besoin en face d’elle.  Que faire ? Alors, elle décida de ne plus raisonner.  Elle se tint ferme sur sa queue pointue et décida personnellement d’enfiler cette créature qui vraisemblablement avait tant besoin de nouvelles aventures.  Que ne fut pas la joie de notre fil si fébrile de découvrir au milieu dune vie remplie d’échecs, une lueur d’espoir. Il avait du mal à y croire, qu’on aurait bien voulu l’aider et qu’il n’allait pas finir frustré et rempli d’anxiétés.  Désormais, il avait une réelle chance d’y arriver maintenant qu’il a trouvé quelqu’un de résolu et de ferme pour l’aider.

 

La vie nous offre toujours des chances, des opportunités de nous surpasser dans le service que nous rendons aux autres, même lorsqu’ il nous semble avoir moins de qualités que de défauts. Un défaut est un complexe que l’on a vis-à-vis de soi même et qui nous empêche d’aimer, de servir ou de s’accepter en présence des autres. Pourtant, on apprend toujours plus ou mieux auprès des autres, même lorsque cela nous coute d’exposer ces prétendus défauts pour la bonne cause. Il n’y a pas de défaut en trop ! Un seul suffit pour changer nos circonstances, pourvu qu’on l’utilise avec honnêteté… Après tout, il est plus facile d’être aimé après que l’on ait été serviable, même avec des prétendus défauts…

 

Vous savez le bonheur en fin de compte, ne tient qu’à un fil…

4 Réponses

  1. Rien d’ impossible en cet univers, il suffit de le vouloir !!
    Tout ne tient parfois qu’ à un fil, et ne nous imaginons pas qu’ une aiguille dans une botte de foin demeure égarée !!

  2. Bravo pour cette histoire et plein succès pour ton blog, Gémilou😉

    1. Merci bien mon ami Marco Bertolini

    2. Qu’il me soit permis de te remercier Marco pour ces encouragements cela me galvanise encore plus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :