Archives de Tag: cinq sens

Six exercices pour améliorer sa mémoire

Envie d’entretenir sa memoire ? voila une question que beaucoup de nous se pose chaque jour et ce quand on sait que la memoire constitue pour nous un outil capital pour notre evolution.Dans ce article du site http://lentreprise.lexpress.fr , j’ai selectionner 06 exercices qui vous aideront d’ameliorer votre memoire.

Six exercices pour améliorer sa mémoire Les réponses de Jacqueline Morell, formatrice-consultante chez Cegos.

Votre cerveau, fidèle serviteur ne retiendra des informations que si vous avez l’intention de les utiliser. En outre, il enregistre ce que votre corps perçoit, d’où l’importance de repérer celui des cinq sens auquel vous êtes le plus sensible. Sachez que l’auditif a de la chance, il retient tout dans sa mémoire « échoïque » (du mot écho). Et que la mémoire visuelle ou « iconique » (du mot icone) est plus facile à développer.

Six exercices faciles à pratiquer chez soi ou au bureau pour vous entraîner :

1- Se souvenir d’un lieu, d’un visage: les quatre regards.

C’est un exercice de concentration fort efficace. Installez-vous sur une chaise et observez le décor autour de vous selon quatre points de vue successifs.

– le regard de l’architecte. Il voit les volumes, les formes, les emplacements : la chaise, la table, le fauteuil, l’armoire etc.

le regard du peintre. Il voit les couleurs, les nuances, les ombres, la lumière. Le bois clair de la table, l’éclairage du lampadaire .

le regard du comptable. Il vérifie que l’on a rien oublié, les trois étagères dans l’armoire, la plante verte etc.

– le regard du détective. Il voit le détail qui détone et qui dérange. Ce qui permet d’accrocher la mémoire. Un objet rouge sur le bureau est un point d’ancrage qui réactivera le souvenir de l’ensemble.

2- Mémoriser une page écrite : la méthode oculaire

Celle-ci consiste à visualiser les informations à retenir : to-do listCV d’un candidat, nom d’un fournisseur etc. Puis à diriger les yeux en haut et à gauche.. L’objectif est de parvenir à recomposer une image parfaitement conforme à la réalité. Ce qui nécessite de faire des allers-retours entre l’image réelle et l’image virtuelle. Exercez-vous sur une couverture de livre peu chargée. John Fitzgerald Kennedy en était un fervent adepte de cette technique qu’il utilisait avant de rencontrer des gens pour la première fois.

3- Se souvenir d’un emploi du temps chargé : la catégorisation

Elle consiste également à visualiser une liste d’informations disparates et à les organiser mentalement par catégories. Exemples : les loisirs, la maison, le travail etc. Et à l’intérieur, à regrouper autant que possible les éléments analogues : le billet SNCF et le restaurant à réserver. Pour une suite de mots sans lien entre eux, classez-les de façon artificielle : deux mots débutent par « a », trois par « f », un par « f ». Ainsi, vous donnez du sens et de la logique. Ce qui est essentiel, car on ne mémorise que ce que l’on comprend. Ensuite nommez ces catégories, énumérez les : il y 5 catégories, 3 éléments par catégorie. Puis enregistrez les visuellement et lisez-les à voix haute. Elles seront encodées.

4- Mémoriser un nom ou un code : par associations…

1/… des idées : Votre contact s’appelle André ? Vous pouvez penser au chausseur du même nom ou au célèbre trompettiste Maurice André. Ce sera efficace à une condition : être fan des escarpins ou des baskets, ou encore être mélomane. Le cerveau assimile bien ce qui passionne.

2/… des images : se rappeler met en jeu des émotions. Piochez dans votre vécu des endroits, des sensations, des actions. On retient mieux ce qui nous a surpris, enthousiasmé ou que l’on connait déjà. Songez à la madeleine de Proust ! Vous pouvez par exemple mémoriser le nom d’un auteur ou d’une revue savante, en vous rappelant la première page qui vous a fait tant rire. Citer vos sources ne sera plus un problème.

3/… des chiffres : pensez aux dates anniversaires, aux numéros de départements, aux évènements historiques. Là encore, jouez la dimension personnelle.

5- Se souvenir d’une tâche précise: le scenario de film

A midi, vous devez téléphoner à Sophie. Le post-it de rappel collé sur le bord du PC risque de ne pas suffire. Faites-vous le film par anticipation, avec des rapprochements incongrus. Mettez la scène en images, en mouvements, en sons. Visualisez-vous en train decomposer le numéro, de décrocher le combiné, de parler. Repérez votre ressenti. Soyez précis au cours de cette vidéo mentale. A l’heure dite, votre cerveau se souviendra. Un conseil, durant l’entrainement parlez au présent et non au futur

6- Cultiver sa mémoire à long terme : la répétition cadencée

Les spécialistes ont étudié la question. Réviser l’exercice une heure après l’avoir effectué, et ce pendant 10 mn, permet d’en garder la mémoire pour la journée. Réviser à nouveau le lendemain, durant 5 mn, vous la garderez pour une semaine. Y revenir une semaine après durant 3 mn, votre souvenir durera un mois. Et si vous recommencez un mois plus tard, le souvenir sera ancré en vous pour longtemps.

Source : http://lentreprise.lexpress.fr

 

Publicités

Neuf exercices pour améliorer sa concentration au travail

Soucis familiaux, urgences, peur de l’échec… Impossible de se concentrer. Et pourtant, il vous faut boucler ce dossier ardu, préparer cet entretien délicat, animer cette réunion capitale. Comment faire le vide dans sa tête et mobiliser ses neurones et son énergie ? Les réponses de Nicolas Dugay coach et directeur associé de CAA.

2 étapes clefs pour gérer une promotion

La concentration consiste à mobiliser ses facultés mentales et physiques sur un sujet ou sur une action. Or notre cerveau est sollicité par de multiples informations et il ne peut en traiter qu’une seule à la fois de façon optimale. Il s’agit donc de le monopoliser, en se libérant des émotions parasites et en s’entrainant à agir, en activant ses cinq sens. Par cette pratique, vous gagnerez aussi en performance. Voici neuf exercices à effectuer avant et pendant ce travail.

1. Repérer son « style attentionnel »

Le chercheur Robert Nideffer, féru de psychologie du sport, a observé que l’attention de l’athlète se caractérise par deux dimensions : l’étendue, large ou étroite selon qu’elle est focalisée sur une seule ou plusieurs informations ; la direction, interne ou externe selon qu’elle est centrée sur les pensées et sensations ou sur un événement ou un objet extérieur. Soit quatre préférences possibles. Exemple pour un footballer. 1/ étroit-interne : je répète mentalement un pénalty. 2/ étroit-large : je visualise cinq passes sur un terrain. 3/ externe-étroit : je visualise le but. 4/externe-large : je visualise tout le terrain. A chacun son inclination. Mieux vaut le savoir pour perfectionner son entrainement.

2. Se focaliser sur sa respiration

Assis ou debout, le dos bien calé sur le siège ou bien campé sur vos deux jambes, inspirez puis expirez à votre rythme normal dix fois de suite, en restant attentif à votre souffle. Vous ramènerez votre état émotionnel au point mort.

3. Fixer un objet, rien que l’objet

Isolé dans votre bureau ou patientant avant un débat, obligez-vous à « zoomer » sur un objet, neutre de préférence (pas la photo d’un proche ni un souvenir de vacances), stylo, téléphone, chaise… Et ceci pendant une minute. Ce qui est long. Scrutez tous les détails, les contours, la couleur, la texture, l’odeur, et interdisez-vous de penser à autre chose.

4. Fixer l’objet… puis ses alentours

Comme précédemment, regardez un seul objet mais sans vous y attarder. Fixer-le 20 secondes, pas plus, puis élargissez la focale, examinez ce qui l’environne, le mur, la table sur lequel il repose, la plante verte à côté etc. Cette gymnastique est efficace pour tout travail créatif. Vous disposez ainsi votre esprit à aller au delà d’un point précis et à fureter dans des recoins inattendus qui faciliteront les associations d’idées, l’innovation.

5. Ecouter de la musique

Pour les auditifs, c’est une aide intéressante. Il y a deux façons de l’utiliser.1/ Ecouter un morceau ou une chanson qui vous mettra dans l’état émotionnel adéquat avec la situation. Si vous allez effectuer un recadrage doux avec un collaborateur, choisissez un concerto. Si vous devez remporter un contrat avec un acheteur buté, préférez le rock.2/ Isoler dans votre écoute les instruments -piano, guitare, batterie- les uns après les autres. Votre attention sera aiguisée.

6. Compter dans sa tête

7×2=14 ; 7×3=21 ; 7×4=28…Rappelez-vous vos tables de multiplication, faites du calcul mental, soustraction, division, séries logiques de chiffres. C’est une vraie bonne méthode car le cerveau est alors accaparé par cette activité. Seuls des gestes mécaniques et répétitifs sont réalisables concomitamment : pédaler sur un vélo, nager, faire des pompes. Autre avantage, l’exercice est à durée élastique selon son humeur.

7. Ralentir ses gestes

Fabriquez-vous une bulle de concentration « ouverte ». C’est à dire non fermée au monde, sinon la moindre question sera vécue comme une agression. Avant un entretien capital à 10h ou la rédaction d’un rapport sensible, levez-vous le matin en prenant votre temps : habillez-vous lentement, profitez de la douche, accordez-vous une demi heure pour le petit déjeuner et non 15 minutes, marchez lentement etc. Vous entrez alors dans la phase suivante, les sens aux aguets, en ayant économisé votre énergie.

8. Visualiser le déroulé de l’action

Cette technique utilisée par les sportifs avant la compétition fonctionne bien avant une prise de parole en public, une négociation ou un dossier complexe. Il s’agit de répéter 3 ou 4 fois la scène mentalement, en temps réel et en visualisant tous les détails (décor, ambiance, micro ou autre outil) et toutes les étapes jusqu’au succès final. Un dirigeant craignait ainsi d’être déstabilisé lors d’une assemblée par des critiques de ses pairs sur sa politique de RSE. Il a visionné le film dans sa tête, et a trouvé des répliques. Je jour « J », au moment redouté, il a pu s’affirmer en restant dans son sujet.

9. Trouver son « switch » et l’activer.

Identifiez au cours de cette vidéo mentale (ou en explorant votre passé) un stimulus sensoriel qui vous connecte à des souvenirs liés au succès. Une sorte d’interrupteur « off »/ »on », appelé « switch » par les coachs sportifs, qui apaise et déclenche illico une énergie positive et une concentration maximum. Ce peut être voir la couleur rose, se dire un mot précis – » Je peux. », « A l’attaque ! »- ou serrer son poing. Ainsi Zinedine Zidane avant chaque match, enfilait systématiquement sa chaussette gauche avant la droite.

Source : http://lentreprise.lexpress.fr

%d blogueurs aiment cette page :