Archives de Tag: Persuasion

5 conseils pour interpeller votre boss

Ce article fait suite à l’entretien du coach Asha Kalijan sur les « 05 conseils pour interpeller votre bosse » tiré du site http://www.jobat.be

Si votre patron fait à plusieurs reprises quelque chose qui nuit à votre fonctionnement ou à celui du département, vous devez pouvoir intervenir. Mais naturellement, ce n’est pas simple. La coach Asha Kalijan vous donne 5 conseils pour aborder le sujet avec votre supérieur sans que cela n’ait des conséquences sur votre carrière.

« On ne s’attend généralement pas à ce que vous donniez du feedback à votre ou vos supérieurs », entame Asha Kalijan, une coach qui accompagne aux Pays-Bas les responsables et chefs d’équipe, et qui a signé plusieurs livres sur le management. « Mais si cela entrave votre fonctionnement et que l’on vous juge là-dessus, vous devez prendre le sujet à bras le corps. Car si le mal persiste, cela nuira à votre carrière. Un tel sujet n’est pas facile à aborder mais certes indispensable.

Tout dépend de la manière dont vous vous y prenez. Voici les 5 conseils d’Asha Kalijan.

Interpeller le patron

1. Pas de confrontation, juste entamer le dialogue

Dans la pratique, cela arrive souvent que le moindre sujet tourne à la confrontation ou qu’au contraire, on l’évite pour ne pas arriver au conflit. Souvent par faiblesse ou incertitude. Mais si vous connaissez les faits et que vous pouvez utiliser le ton juste, alors vous arriverez à établir un bon dialogue et les deux parties y gagneront. Il vous reste donc à exprimer votre avis.

2. Avec conviction

Pour faire passer vos propres avis et idées, vous devez faire preuve de persuasion. Comment faire ? Bien vous préparer à la situation, comparer les pour et les contre. Si vous savez lister les faits et leurs conséquences, vous avez tout en main.

3. Définir le résultat à l’avance

Déterminez à l’avance ce que vous voulez en obtenir. Que souhaitez-vous atteindre ? En pratique, une conversation prend souvent une autre tournure que celle que l’on a imaginée, mais définir une direction et un objectif vous aide à garder prise. Exercez-vous sur plusieurs scénarios. Vous ne savez pas ? Retournez aux faits et demandez à votre interlocuteur ce qu’il voit comme solution. Ainsi, vous vous poursuivez le dialogue.

4. Argumenter

Le résultat que vous visez, il vous faut l’argumenter. Que se passe-t-il lorsque votre patron ne tient pas ses engagements ? Quel est l’impact sur le supérieur, les collaborateurs, le résultat, les projets et aussi sur l’entreprise et les clients ? Basez-vous sur ce que cela coûte à l’entreprise si vous ne livrez pas à temps en raison des dysfonctionnements actuels. Vous pouvez aussi tenter d’expliquer que l’atmosphère dans l’équipe est influencée par l’attitude du chef et le renvoyer à son rôle d’exemple. Soyez subtil mais faites-lui observer ce qui se trame.

5. Débattez de votre propre rôle de manière critique

Evaluez votre propre fonctionnement. Pouvez-vous y faire quelque chose lorsque votre patron ne se tient pas aux engagements ? Rappelez-lui la fois où il n’a pas tenu une promesse. Comment agissez-vous ? Peut-être devez-vous changer quelque chose à vos manières de faire ?

L’objectif doit absolument rester orienté sur la manière d’améliorer les choses. Peut-être avez-vous besoin d’élargir vos compétences ? Ou bien arriverez-vous à la conclusion que vous devez davantage tirer la sonnette d’alarme, prendre l’initiative et être plus ferme ?

« Si vous savez où le problème se situe et que vous êtes bien préparé, la discussion sera constructive et non quelque chose qui vous fera reculer. Si votre patron garde à l’œil l’intérêt de l’entreprise et pas uniquement son pouvoir, il pourra certainement comprendre. Il verra que vous voulez juste continuer à bien faire votre boulot », conclut Asha Kalijan.

Source : http://www.jobat.be

Publicités

6 Astuces de Communication Non Verbale pour Captiver Votre Public

communication non verbale

Utilisez la Communication Non Verbale pour captiver votre public La communication non verbale fait toute la différence. Imaginez deux orateurs portant le même message: pourquoi le premier apparaitra confiant, naturel et enthousiaste, tandis que le second semblera nerveux, crispé et ennuyeux? Souvent, c’est simplement le fait que le premier orateur utilise unecommunication non verbalespécifique.

Si je devais donner une définition de la communication non verbale, je dirai que c’est tout ce que vous dites avec votre corps, sans parler. Ce sont les gestes, les attitudes, les mimiques, les tics qui animent, illustrent et rythment tout votre message verbal. Le plus souvent sans que vous en soyez conscient. En bref, la communication non verbale c’est tout ce que vous ne dites pas avec des mots, mais que votre corps exprime pour soutenir votre discours.

La communication non verbale concerne plus que vos mains et vos bras. Pour les orateurs puissants et convaincants, le terme « communication non verbale » inclut tous les mouvements du corps au-dessus de la ceinture, y compris ceux de la tête, du cou, des épaules et du torse.

Heureusement, nous avons tous une façon naturelle et simple de bouger lorsque nous parlons à quelqu’un. La façon dont vous bougez fait partie de votre style quotidien de communication non verbale. Mais de nombreux professionnels sont beaucoup plus « vivants » lors des pauses et conversations privées que lorsqu’ils font une présentation.

Combien de fois avez-vous vu le scénario suivant: lors de son discours, une oratrice apparaît raide et ses gestes semblent artificiels. Vous pensez qu’elle doit être nerveuse et mal préparée. Et même si son message est important, vous n’arrivez pas à y prêter vraiment attention. Mais alors, au moment des questions-réponses, elle prend soudain vie. Sa partie supérieure du corps est détendue et animée. Les mouvements de sa main et de ses bras renforcent activement ses points clés. Elle semble vraiment en phase avec son public. Vous sentez que vous avez plus appris pendant la courte partie des questions-réponses qu’au cours de toute la présentation. C’est la magie de la communication non verbale.

Une telle scène est courante dans le monde des affaires, les gens croient à tort qu’ils ne peuvent pas « être eux-mêmes » pendant les deux parties – formelle et informelle – d’une présentation. Une bonne communication non verbale peut pourtant démontrer efficacement votre enthousiasme, votre confiance et votre autorité. Elle peut aider à animer une présentation et à maintenir l’intérêt et l’attention du public.
Une communication non verbale efficace clarifie et soutient votre message, ajoute de l’intérêt dramatique à vos idées et stimule la participation de l’auditoire.

La communication non verbale est donc une partie essentielle de votre métier. Mais comme elle est très utile pour soutenir votre message, faites attention à ne pas aller trop loin. Vous ne voulez pas que votre auditoire se concentre davantage sur le moulinet de vos mains ou vos étirements d’épaules plutôt que sur votre message.

6 règles pour maitriser votre communication non verbale comme un pro

Maîtriser l’utilisation de la communication non verbale est facile si vous suivez six règles simples. Après avoir examiné les règles suivantes, enregistrez-vous donnant une présentation. Puis regardez l’enregistrement pour évaluer votre propre communication non verbale. Ensuite, concentrez-vous sur les règles que vous semblez rompre le plus souvent. Avec un peu de pratique, votre communication non verbale, pendant les discours, sera aussi naturelle que lors de vos conversations quotidiennes.

Règle n°1: éviter de rompre la ligne médiane du corps

Imaginez que vous ayez une ligne partant du haut au milieu de votre tête, descendant le long du visage et du torse et entrant dans le sol entre vos jambes.
Quand vous croisez ou couvrez cette ligne médiane, vous envoyez un signal subtil mais puissant au public disant que vous êtes mal à l’aise, que vous vous protégez. À ce moment, le public a du mal à vous faire confiance et à croire que vous êtes un orateur fiable. Vous n’avez tout simplement pas l’air convaincant. Par conséquent, tout geste ou toute position de votre corps que ce soient des croix, brisures, des limites ou quoi que ce soit qui rompt/brise votre propre ligne médiane dénote une position de faiblesse.

Règle n°2: Faites des gestes assurés et précis

Regardez-vous dans le miroir et observez la position naturelle de vos bras et de vos mains. Tenez des objets divers: une grosse boule, une boîte, un récipient de nourriture, un oreiller, un stylo, une pièce et notez les positions de votre main.
Lorsque vous placez les objets vers le bas, essayez de reproduire ces positions de la main et de voir la variété qui en résultera. Gardez vos mains fortes et fermes et entrainez-vous à les faire aller de ferme à mou. Notez la différence dans ce que l’on ressent et à quoi cela ressemble. Quel geste vous donne le plus de présence et d’autorité?

Règle n°3: Variez votre utilisation de gestes symétriques

Les gestes sont symétriques lorsque vos deux mains et/ou bras font la même chose. Les gestes sont asymétriques si vos mains et/ou bras font deux choses différentes.
Les gestes symétriques, comme les deux bras pliés au coude et les paumes vers le haut, communiquent de l’ouverture et de l’accueil, alors que les gestes asymétriques, comme un bras levé et l’autre à votre côté, communiquent de la précision et de l’autorité. Comme ces deux types de gestes sont importants, exercez-vous aux deux.

Règle n°4: Garder les gestes en hauteur

Assurez-vous que vos bras soient en place lorsque vous parlez et, pour commencer, ne bougez qu’au-dessus de la taille. Attention cependant à ne faire aucun geste amenant vos mains à couvrir votre visage ou votre cou.
Les gestes en-dessous de la taille communiquent moins d’énergie. Déplacez votre bras sur le côté au niveau des yeux et ensuite au-dessus de votre tête. Entraîner à déplacer vos bras à différents niveaux, toujours au-dessus de la taille. Habituez-vous à la sensation d’avoir les mains et les bras dans différentes positions.

Règle n°5: Assurez-vous que vos gestes sont en phase avec votre message

Utilisez des gestes pour souligner un point clé et ponctuer une phrase. Si vous parlez de quelque événement passionnant au sein de votre entreprise, vos gestes doivent mimer votre excitation. Si vous êtes debout avec vos bras le long du corps et que vous annoncez de bonnes nouvelles, les gens ne pourront pas comprendre votre enthousiasme.
Remarquez comment vos mains et vos bras se déplacent naturellement quand vous croyez fermement à quelque chose plutôt que lorsque vous vous sentez préoccupé ou inquiet. Habituez-vous à ressentir votre gestuelle naturelle. Des gestes qui ne sont pas synchronisées avec votre message paraîtront artificiels.

Règle n°6: Restez connecté

Rappelez-vous que vos mains et vos bras sont reliés à votre torse, vos épaules, votre tête et votre cou. Lorsque ces parties de votre corps sont activement impliquées dans le discours, vous transmettrez encore plus de passion et d’énergie à votre auditoire. Par conséquent, déplacez votre torse, votre tête et votre cou vers le public pour inviter à une plus grande participation et complicité.

La communication non verbale pour la réussite

Comme avec toute nouvelle chose dans la vie, vous pouvez vous sentir maladroit et mal à l’aise avec la communication non verbale au début. Mais pensez à la façon dont vous vous êtes senti bizarre la première fois que vous avez conduit une voiture ou attrapé un ballon. Plus vous l’avez fait, plus vous vous amélioriez. Aujourd’hui, vous avez probablement conduit votre voiture sur plusieurs kilomètres sans détailler chaque étape ou action inconsciente. Il en est de même pour l’utilisation de la communication non verbale en parlant.

Avec assez de pratique dans des contextes différents, vous serez en mesure d’utiliser la communication non verbale avec naturel et toutes les idées que vous présenterez seront abordées avec une confiance, un enthousiasme et une autorité accrus.

Ecrit par : Jean-Marc Terrel

personnalbranding@yahoo.fr

 

%d blogueurs aiment cette page :